LE FORUM DES ENFANTS


Aux questions fondamentales portées par les Etats Généraux : « quelle sera notre vie dans 20 ans ? Quelle sera celle de nos enfants ? », les adultes ne pouvaient répondre seuls …

Les idées phares à l’origine du forum des enfants étaient que l’expression des enfants influence le débat des adultes, que leur fantaisie et leur joie donnent une fraîcheur à l’ambiance générale et surtout que leur présence et leurs réflexions devaient être prises en compte dans les propositions.

Par la créativité, les expressions artistiques, l’humour, il s’agissait d’éviter que les Etats Généraux Ariégeois ne soient qu’une assemblée d’adultes aux cerveaux "carrément" rationnels, en donnant aux enfants une place qui leur soit adaptée. Regroupant les différents thèmes abordés sur les autres pôles de discussion (transversalité), le forum des enfants s’est voulu avant tout un forum d’actions qui favoriseraient l’interactivité adultes-enfants en demandant aux "grands" d’accueillir les propositions des "petits", de se mettre à l’écoute des voix des enfants, les adultes de demain.

Porteuse de ce projet, Anne Marquer (05 61 69 34 01 ; anne@mjcpamiers.com) a été rejointe par Christelle, Sophie, Béatrice, Agnès Deux, Anne-Sophie et Amélie pour animer les multiples ateliers de ce forum. A la suite de son spectacle sur la pollution de l’eau, la "clownette" Zazou est intervenue dans plusieurs ateliers pour aider, à travers le ludique et par un travail sur le symbole, à construire le lien enfants-adultes.

Quelques exemples d’ateliers-actions :

· « La chasse à la grenouille qui fume » : maquillés et déguisés en indiens, les enfants ont circulé en file indienne sur les traces d’un "éclaireur" qui repérait toute personne en train de fumer. Objectif : éviter qu’un tapis de mégots ne "décore" le site à l’issue des deux journées en demandant aux fumeurs d’utiliser cendriers et poubelles.
Résultat : le site est resté d’une propreté impeccable !

· « Passe le message à ton voisin » : sur le verso de languettes de papier, les animatrices avaient écrit "Fais passer ce message à quelqu'un que tu ne connais pas tout au long de ces 2 jours" ; au recto, les enfants ont inscrit des « phrases magiques » sortie de leur imaginaire, tel que « Fais passer ton bonheur », « je te donne de la joie », « fais passer un sourire », etc.
Grande circulation de ces messages le 1er jour, mais les papiers ont dû s’envoler dans la nuit …

· Un « jeu de quilles libérateur » : les enfants ont "fabriqué" des quilles en dessinant sur des bouteilles d’eau tout ce qui les énervait dans leur vie quotidienne, pour mieux les dégommer ensuite et ouvrir la réflexion sur de possibles solutions.

· Un atelier de discussion sur le thème du pétrole – avec énumération des diverses formes d’utilisation de cette source d’énergie, aspects positifs et négatifs, alternatives possibles – a débouché sur une série de dessins …


Tous les ateliers ont impulsé la création d’un grand « cahier des enfants » : dessins, messages, propositions, réflexions restituent le contenu et la tonalité de ce forum très vivant.


CHANTIERS

· Rendre le « cahier des enfants » consultable (lieu ?) et surtout continuer à le remplir !

· Favoriser les liens, les échanges et le dialogue entre enfants et adultes, en offrant une place aux enfants lors des événements et manif se déroulant en Ariège (par exemple pour les journées de la paix, lors du Forum des langues qui se tiendra à Pamiers fin septembre, etc. )

· Sensibiliser et travailler à la problématique "quelle place et quelle(s) voix des enfants dans notre société ?" auprès des différentes associations ariégeoises qui s’intéressent à l’enfance ; établir des priorités, viser l’élaboration d’une grille de critères par rapport aux actions entreprises.

· Faire vivre et développer le partenariat amorcé avec l’A.R.P. (Association Ressources Pédagogiques pour une culture de la non-violence, basée à Serre s/Arget ; contact : Claudine Aillaud, 05 61 65 28 76)

· Engager d’autres partenariats de réflexion et d’actions, notamment avec le Ministère de la Jeunesse et des Sports (Foix)

· Donner une suite aux propositions émises par les enfants, par exemple préparer une journée de "chasse pacifique aux crottes de chien" à Pamiers !

Pour donner vie à ces chantiers et/ou en proposer d’autres, pour constituer des groupes de travail, contacter Anne Marquer : 05 61 69 34 01 ou Mélanie Jacquemin : melanie.jacquemin@worldonline.fr

 

CAHIER DE PROPOSITIONS DES ENFANTS

J’aimerais que la guerre n’existe plus dans le monde !
Qu’il y a des hommes qui sont cruels !


Et qu’il n’y ai plus de souci dans les pays et l’univers.

Souvent il y a la guerre dans les pays pauvres.

Dans les pays riches : peur de la pauvreté

Dans les pays pauvres peur de la richeté (parole d’adulte)

Avec la pauvreté, les humains deviennent agrecife
et leur colère se déverse sur les autre, c’est aussi de la peur !

A l’intérieur : peur, tristesse, vide.
A l’extérieur : méchanceté, agressivité....
2 personnes dans une.

Il y a une petite quantité de gens comme ça en France et beaucoup dans les pays pauvres.

Pouvoir : être plus fort plus de pétrole il y a des enjeux...

Les gens qui sont bien dans leurs peau,
ils arrivent mieux à faire la paix dans leurs conflit.

 

Nous sommes des enfants qui se réconcilient facilement. Je n’ai me pas les cigarettes parce qu’il y a
eaucoup de gens qui meurent en fumant.
Je suis contre la pollution, la marée noire
et la cruauté envers les autres et la guerre
est nulle car on tu des gens.

Dans le monde il faudrait qu’il y ai plus de personnes qui sont bien dans leur peau !

Et ce serais encore mieux si tout le monde serais comme ça !

 

Je n’aime pas le pollution , je n’est pas
d’amitié pour se qui polu.
Y’a des usines qui recyclent, c’est bien.
Les autres, elles polluent.

Je suis contente d’habiter en ariège
parce que c’est propre.

Trier les déchets et pas les jeter dans la nature !

Dounia n’aime pas la guerre.
Les gens font la guerre pour avoir plus de richesses
ou pour se venger parce qu’on leur a déjà fais.


Il y a des gens qui n’ont pas de maison, ça me rend triste.
Il faudrait que chacun prete sa maison, sauf nous, c’est trop plein.

 

Les enfants doivent s’occuper des adultes.

On n’aime pas les flics.

On ne laisserais pas le pouvoir aux gens qui ne sont pas bien dans leur peau !

 

Retour au sommaire