LES CAHIERS DE PROPOSITION : MODE D’EMPLOI
COMMENT LES FAIRE VIVRE ?

Emparez-vous des propositions qui vous semblent prioritaires
seul-e ou avec d’autres et...
Soyez généreux-euses ! ! !


Il est important de rappeler que toutes les propositions reprises dans les cahiers ont été émises pendant les 2 jours des Etats Généraux (et encore il en manque ! !).

Elles ont été rédigées et dactylographiées sur place , a partir de notes prises pendant les tables rondes, elles sont restituées a « l’état brut » : ce qui peut expliquer certaines maladresses, imperfections de forme...

Elles sont le fruit d’expressions individuelles ou collectives, certaines spontanées d’autres reformulant des réflexions et des analyses développées dans des structures militantes et/ou associatives.

Les Etats Généraux ont donc constitue un moment privilégie , un réceptacle , un condensé de ces réflexions, avec une volonté constante de ne pas en rester à des constats, à des lamentations stériles ( à des « couinements » ! !) mais plutôt de les transformer en proposition d’actions concrètes ... d’où les niveaux de proximité :
1) Action quotidienne, possible individuellement
2) Action à organiser , faisable dans l’année par un petit groupe ( moins de 10 personnes)
3) Proposition de fond nécessitant une action collective importante

Il nous a paru impossible de synthétiser les 150 propositions, difficile même de hiérarchiser , d’établir des priorités.
Un besoin commun nous est apparu : communiquer les cahiers sous une forme plus accessible que la longue liste initiale.

Pour chaque table ronde et chaque liste de propositions nous avons ajouté les coordonnées d’1 ou plusieurs animateurs-animatrices présent-es pendant les débats : ils/elles ne sont pas des référents-es pour animer la suite... mais vous pouvez les contacter pour vous faire préciser certaines propositions dont vous souhaitez vous emparer.

Nous avons également repris en annexe les coordonnées des structures qui ont participé aux Etats Généraux (stands, animations de débats...) et des intervenants.

Retour au sommaire